REPTILY-FAMILY

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Semis de Toona sinensis (acajou de Chine)...

Une mienne amie, qui se reconnaîtra, m'a rapporté d'un voyage en Chine des graines. Merci à elle.
Souvent on me ramène ainsi des semences de légumes venant d'Europe centrale, d'Asie ou des Amériques. Les copains-copines me demandent toujours ce que je veux... ce à quoi je réponds "qu'importe, tu rentres dans une graineterie, tu regardes et tu choisis un légumes qui t'intrigue, que tu ne connais pas". Le résultats est toujours très sympa, déroutant, étonnant, excitant...
Ce paquet de graine était très prometteur : un légumes qui pousse par touffe, avec des couleurs extra... J'ouvre le paquet pour voir quelle tronche ont les petites graines. Étrange, ça ne ressemble pas du tout à des graines de légume. Pourtant, je pense commençer à m'y connaître un peu... Il y a deux mots en anglais, je cherche un peu et je tombe sur la description d'un arbre assez haut qui... ne sent pas très bon. L'écorce pue, le feuillage pue... hum-hum c'est quoi cette histoire. Je fini par me rendre à l'évidence : j'ai dans les mains des graines d' Acajou de Chine et heureusement en affinant les recherches je trouve dans la littérature que :

En Chine, cet arbre est aussi connu sous le nom « Arbre-Légumes » car ses jeunes feuilles sont traditionnellement consommer et possède une saveur unique. Elles s'intègrent notamment bien à la salade en remplacement de la ciboulette. Les feuilles plus âgées sont elles utilisées pour en faire un thé aromatique. L'arbre est également utilisé à des fins médicinales.

Pour sa culture, l'Acajou de Chine apprécie les expositions ensoleillée ou mi-ombragée. Il tolère les sols calcaires, mais nécessite une sol plutôt frais. Très rustique, il supporte des température allant jusqu'à -18°C. Semis de printemps vers le mois de mars ou semis en terrine à l'intérieur vers décembre-janvier, avant repiquage vers le mois d'avril.

Comme je reste un jardinier curieux... je tente !



Commentaires

1. lechatlundi 2 février 2015 à 13:37

Réfléchis bien à l'endroit où tu le/les planteras. Le jeune feuillage est super joli, mais la plante drageonne énormément.

Ça m'a permis d'en distribuer autour de moi.

2. le_lezardlundi 2 février 2015 à 13:39

tu le consommes ? C'est bon ?

3. lechatlundi 2 février 2015 à 18:30

Je l'ai acheté comme ornemental, et je ne savais pas que le bougre était comestible !

4. louisjeudi 5 février 2015 à 09:05

Bonjour Ne sachant pas comment prendre contact avec vous j'utilise ce biais là. j'ai lu dans votre livre le potager anti crise (merci pour ttes ces infos précieuses et bravo pour votre enthousiasme!) que vous aviez plantez des pommes de terre sous paillis de tontes de gazon. Pourriez vous m'en dire un peu plus: faites vous un buttage avec les tontes en une fois? faites vous sècher les tontes avant? cela ne favorise-t-il pas les maladies? etc jespère que vous qq minutes à m'accorder car je vais me lancer dans ces différentes manières de cultiver la p de t: paillis de gazon, de paille et tour à pommes de terre Cordialement

5. ColiNjeudi 5 février 2015 à 21:37

Ia ora na le Lézard, la copine la grippe m'a enfin donné le temps de regarder le doc' "la guerre des graines" que tu avais mis en lien http://reptilyfamily.free.fr/index.php?2014/12/18/1654-la-guerre-des-graines . Merci pour le lien, le docu' est très intéressant même s'il fait froid dans le dos…

Et comme la copine la grippe est généreuse, elle m'a aussi laissé le temps de regarder d'autres doc', j'en mets deux en lien : fin de concession : https://www.youtube.com/watch?v=cxGsGVtVqJE DSK, Hollande… : https://www.youtube.com/watch?v=4XCKCf3Jv6o

6. le_lezardmardi 10 février 2015 à 10:28

Bonjour,
@ Louis, Je ne fais pas tout à fait de la culture de pomme de terre sous tonte... je m'explique... Avec le temps, je me rends compte qu'il faut systématiquement une base de compost, ça peut être une pelletée ou une brouette... mais il faut du compost sur chaque plant (en tout cas c'est comme ça que j'ai les meilleurs résultats. Ensuite, si on a beaucoup de compost, on peut poursuivre le "buttage" avec des composts plus ou moins grossiers... mais on peut aussi mettre de la paille... et/ou des tontes de gazons. Lorsque je le fais je mets toujours des fines couches (quelques centimètres) qui sèchent d'une semaine sur l'autre... avant d'être recouvertes par une autre couche. Voila, l'expérience m'a aussi montré qu'il ne fallait pas mettre tous ses œufs dans le même panier et qu'il vaut mieux faire plusieurs types de culture (et ne pas négliger le traditionnel) pour éviter les déconvenues (entre autre celle des mulots...)
voila, j'espère que cela répond à vos interrogations.

@ Colin, bon j'archive et j'attends la grippe ou le mauvais temps pour m'y coller aussi !!!

Trackbacks

Aucun trackback.

Les trackbacks pour ce billet sont fermés.

Ajouter un commentaire

Les commentaires pour ce billet sont fermés.