REPTILY-FAMILY

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Un petit potager qui vaut le coup...

Avec le coût exorbitant du prix des fruits et légumes (et ça ne va pas aller en s'arrangeant), les doutes légitimes que l'on peut avoir sur la qualité de ceux qui ne sont pas labellisés biologiques et le soucis de prendre le temps pour « faire soi-même »... avoir un petit lopin de terre à cultiver est devenu une vraie richesse.

Dans un monde 'd'abondance illimitée' le potager apparaissait comme bien désuet. Quelle contrainte que de produire ses fruits et légumes alors qu'il est si facile de prendre sa voiture pour aller les acheter. Quelle aberration que d'utiliser une partie du jardin pour faire un potager alors que ce dont on a besoin c'est d'une pelouse, d'une balançoire pour les enfants et d'une haie de thuyas pour ne pas être vu des voisins... Et puis, avec la vie qu'on mène, il reste si peu de temps libre qu'on ne va pas en perdre à gratter la terre...

Mais l'abondance illimitée montre ses limites écologiques, environnementales, sociales, humaines et culturelles. Nous avons besoin de donner de la cohérence à ce que nous faisons. Le potager devient (redevient) une solution locale face à tous ces désordres. Le potager est anti-crise car il fait du bien au jardinier, à sa famille, à la société et à l'environnement. C'est une source de plaisir et de satisfaction. Il semble normal qu'il devienne une priorité dans nos esprits.

On dit qu'il faut une surface de 100 m² par personne pour accéder à une autonomie alimentaire pour les légumes de base. Dans la plupart des cas soit les jardins sont trop petits soit le manque de temps libre lié à l'activité professionnelle ou à celles des enfants... ne le permettent pas. Faut-il pour autant se priver de légumes et de fruits sains et du plaisir de produire soi-même une partie de son alimentation ?

Certainement pas !

Bien sur, les atouts, les contraintes et le champs des possibles seront différents si l'on peut le faire chez soi ou en accédant à une parcelle de jardins familiaux. Des solutions existent pour la plupart des cas de figure. Des pistes sont à explorer pour faire en sorte que les potagers soient de beaux lieux de vie, pratiques et productifs. Les petits espaces peuvent même combiner production de légumes et de fruits en utilisant des arbres palissés...

Les petits potagers ne pouvant pas accueillir toutes les graines du monde... il va falloir faire des choix. 4 semblent importants à prendre en compte :

  • cultiver ce que l'on aime et ce que l'on souhaite découvrir (car faire son jardin c'est s'offrir l'immense richesse d'avoir des légumes que l'on ne trouve pas dans les magasins comme par exemple des tomates ou des radis de toutes les couleurs qui sont bien meilleurs que celles et ceux qu'on nous offre habituellement)
  • produire des légumes qui ne prennent pas trop de place (on évitera de cultiver le potiron Giant Atlantic dans un petit jardin...)
  • privilégier ceux qui ne font pas envie sur les étals mais qui sont délicieux lorsqu'ils viennent du jardin (comme les navets...)
  • mettre l'accent sur les fruits rouges qui coûtent une fortune alors qu'ils ne demandent pas beaucoup de travail.


Les économies substantielles qui seront réalisées dès la première année et le bonheur que vous aurez à déguster vos fruits et légumes, soit en les picorant dans le jardin soit à table, vous montreront que faire un petit potager ça vaut vraiment le coup !

(dans toutes les bonnes librairies... à partir du 14 avril)



Commentaires

1. françoise jourdanlundi 4 avril 2011 à 13:38

alors ça ! si c'est pas de la pub, je ne comprends plus rien...

2. tsunami51lundi 4 avril 2011 à 13:49

Félicitations pour ce nouveau bébé!

Quelle productivité littéraire : l'an passé je me suis procuré "le potager anti- crise" que j'ai dévoré et que je relis en ce moment, le mois dernier la suite "côté cuisine" que j'ai lu du début à la fin comme un roman et maintenant "un petit potager qui vaut le coup" que je vais m'empresser de commander... A terme, vos lecteurs risquent d'avoir une étagère complète de volumes Groléziat family!!! et c'est tant mieux car de grande qualité pour nous autres débutantsjardinierspassionnésaussidecuisine.
Continuez votre blog, régulièrement enrichi, c'est un plaisir de s'y promener...
Bonne continuation et merci pour vos précieux conseils et vos idées inventives.

Natha (je débute un "grand potager" qui s'ajoute à mes 4 carrés)

hello Rodolphe,
J'ai vu ce nouvel opus en parcourant au hasard une librairie web ce matin :-)
Tu en vends quelques exemplaires en exclusivité, avant la diffusion librairie ?
si oui, ça m'intéresse :-)
Belle journée !
Mike

4. Marinelundi 4 avril 2011 à 20:54

Toujours le même plaisir de parcourir ce blog.
Et je n'ai pas encore ces livres, mais ils me font envie!
Mais voilà je viens aujourd'hui car j'ai un petit souci que je ne sais comment résoudre (du moins en bio) :
Je fais mon compost et j'ai un joli terreau, mais je lutte avec mes semis contre les loches qui me les mangent au fur et à mesure qu'ils poussent. Quand j'inspecte souvent mes semis à leur recherche, elles sont toutes petites; donc elles naissent bien au chaud avec mes semis : y a-t-il une solution et que ferais-tu à ma place ?
Sinon acheter son terreau pour les semis, mais c'est vexant non ? Par ailleurs, je ne puis pas trop dire avec quoi il a été fait car c'est le précédent locataire qui l'avait commencé... et il n'était pas très bio !

5. le_lezardlundi 4 avril 2011 à 21:48

Salut,
@françoise... de la réclame à tendance publicitaire... J'aime bien ce petit texte... et il répond à l'exergue que j'ai mis dans le bouquin...
@tsunami51, merci beaucoup... chaque petit bout de jardin qui se crée est notre récompense...
@mike, je n'ai pour le moment que mon exemplaire (reçu aujourd'hui)... désolé...
@marine, c'est étrange cette histoire de loche... à priori elles n'y trouvent pas à bouloter ce dont elles raffolent... de la verdure. Ce sont des semis en intérieur ou en extérieur ? Sinon, je ne le fais pas... mais il y a des jardiniers qui passent, en cas de problème, le compost au four... Cela me paraît un peu excessif et il vaut mieux trouver la cause du problème (je ne vois pas pourquoi cela viendrait du compost)

Merci Rodolphe, dommage, je vais devoir me contenter de la version non dédicacée alors :-)

@Marine : pour éviter les animaux gourmands dans le compost ou dans le terreau, plutôt que de le passer au four, une exposition au soleil pendant quelques jours permet de le sécher et de faire mourir les quelques larves qui y seraient.

7. Maryammardi 5 avril 2011 à 08:24

Bonjour,
Je vous pose ma question un peu tard, car j'ai déjà commandé votre livre ( il était annoncé pour le 7 avril ? ...) mais est- il interressant de l'avoir lorsque l'on a déjà le premier?
PS : j'ai un petit jardin
En tout cas bravo pour votre talent , mais où trouvez-vous le temps pour tout faire?
(la famille, les ruches, le jardin, le potager, le blog, répondre avec gentillesse aux internautes, travailler, écrire des livres, voire les amis, etc etc )

8. le_lezardmardi 5 avril 2011 à 08:42

Bonjour Maryam,
au départ il était annoncé pour le début du mois de mars... mais j'ai rendu ma copie en retard... d'où le décalage. Le petit potager qui vaut le coup est pensé pour les petits jardins et leurs problématiques (organisation de l'espace, cultures spécifiques, compost...). Je l'ai montré hier aux collègues et ils ont eu sensiblement la même réaction :"c'est celui là qu'il me faut". J'ai trouvé ça encourageant.
Pour le temps... nous avons tous des journée de 24H00... et j'avoue que cette année est difficile et que de nombreuses choses que j'ai en tête sont remises à plus tard...

9. stephbailleulmardi 5 avril 2011 à 12:29

bonjour Rodolphe

..... voilà ce que je souhaite pour ce nouvel opus qui doit être d'aussi bonne facture que le premier. je m'en vais de ce pas l'acheter!
bon courage
il faut aussi que je retourne voir mes ptits semis....

10. le_lezardmardi 5 avril 2011 à 12:40

Salut Stéphane,
j'ai une heure trente de battement et je suis aussi rentré à la maison pour prendre des documents que j'ai oublié et arroser les semis... Je pensais pouvoir jardiner ce soir mais je viens de m'apercevoir que j'ai CA jusque tard... Zut !

11. Mimimardi 5 avril 2011 à 13:40

Bonjour!
Un petit message pour Virginie,
Je viens d'acquérir "le potager anti-crise, côté cuisine" et
j'avais aussi expérimenté le radis en plat chaud, mais avec pommes de terre et endives cuites au préalable à la vapeur puis revenues au beurre (à feu très doux) avec des radis coupés en rondelle...
Maintenant, j'attends de compléter très prochainement ma collection aux éditions Ulmer... seine lecture en perspective pour les prochaines soirées?
Cordialement

12. Couquimardi 5 avril 2011 à 15:05

Bonjour Rodolphe,

Je suis une petite nouvelle qui vient vous remercier infiniment de m'avoir ouverte au bonheur du jardinage grâce à votre livre "Le potager anti-crise"! Après l'achat de plusieurs livres que je tournais et retournais dans tous les sens sans savoir par quel bout commencer, tout me semblais très compliqué, un jour suite à une émission de radio, j'ai acheté votre livre pour le dévorer de la première à la dernière page, et une irresistible envie de m'y mettre. Je suis maman de 4 enfants de 18 à 3 ans, qui vient de faire construire une maison sur 1500m2 de terrain dans le Valois dans le beau village d'Ermenonville (donc nous sommes tio picards comme vous!). Nous avons emmenagé en 2008 avec un jeune bébé de 5 mois, ensuite j'ai enchaîné sur la création de mon atelier de céramique, et enfin, presque 3 ans après, je peux enfin m'adonner au plaisir du potager (ce qui me change de ma cave et de mon tour de potier que j'adore mais qui ne me donne pas beaucoup de couleurs!). Comme j'ai lu votre livre à l'automne dernier et que nous avions fait l'erreur de semer du gazon partout en attendant de voir où on commencerai le potager, j'ai couvert de futures planches de mes cartons de déménagement pendant tout cet hiver, et j'ai passé la grelinette puis le trident pour rendre cultivable. J'ai dejà semé pas mal de choses qui commencent à pointer leur nez. Mais avec toutes les graines que j'ai acheté, gardé ou que l'on m'a donné, je n'ai pas assez de place, alors je m'ereinte le dos à la houe pour décaper mon gazon et libérer de l'espace de plantation (on m'a donner des dizaines de pieds de fraisiers..) Je crois que je vais finir par passer la bêche mais j'ai peur d'avoir du gazon qui ressorte.
Bref, c'est pour le moment du grand bonheur. J'ai un petit assistant jardinier enthousiaste de 5 ans qui brouette, arrose, bine, c'est chouette! J'essaie de faire les bonnes associations, je parle à toutes mes copines de votre méthode (et celle de Terre Vivante des 4 saisons au jardin) pour la culture des pommes de terre sur paillis de compost. Tiens d'ailleurs à ce propos, pouvez-vous m'en dire plus, est-ce que vous déposer votre plants sur du compost que vous recouvrez par le même, ou vous mélangez à de la paille ou du fumier? Je n'ai pas encore planté les patates, un peu risqué dans notre coin avec le gel encore présent?
Je vous réitère encore mes remerciements, mon enthousiasme. Je découvre seulement maintenant votre super blog et m'en vais de ce pas regarder votre prochaine parution et les recettes de votre compagne.
Bien à vous!

Laurence

13. Philmardi 5 avril 2011 à 18:23

Félicitation pour ce nouveau livre. Je compte bien aller l'acheter ainsi que celui de la lézarde.

Futur prix Saint-Fiacre 2011 ?

14. Marinemardi 5 avril 2011 à 19:58

Merci Rodolphe,
Merci Mike,
Je vais essayer. C'est pour mes semis en intérieur surtout, mais les radis que j'avais recouvert de ce terreau lors du semis (sous voile) sont aussi mangés !

15. ebirevendredi 8 avril 2011 à 13:51

Chouette une nouvelle lecture en perspective !

Le potager anti-crise était une excellente synthèse pratique du jardinier citoyen bio-vivrier-moderne, je suis curieux de voir cet opus.

Au passage félicitations pour le contenant, ce bouquin était non seulement très intéressant pour son contenu, mais aussi bien bâti, bien illustré et bien écrit... en plus d'être résistant ce qui est bien puisqu'on a tendance à le promener partout.

Chapeau ! (indispensable au jardinier évidemment).

@Marine : de rien, un bon conseil est toujours utile :-)

Pour le potager, il y a d'autres recettes agro-écologiques pour être certain d'avoir de beaux plants de légumes aussi, sans avoir à faire de semis.
C'est moins cher que du plant, et plus cher que de la graine, c'est normal compte tenu du fait que c'est façonné à la main de manière artisanale :-)
Je ne vais pas faire de publicité ici chez Rodolphe, donc si ces produits faciles vous intéressent, passez par mon blog vous y trouverez un lien utile.
Sinon, contactez-moi en dehors du blog de Rodolphe, par email (mike.metz (chez) laposte.net)
:-)

17. le_lezardmercredi 13 avril 2011 à 12:35

Salut Mike,
je n'ai pas bien compris et je n'ai pas trouvé sur ton blog... mais cela m'intéresse de savoir

18. Philmercredi 13 avril 2011 à 12:53

Je souhaitais poser une question par rapport à vos livres.
Qu'est-ce qui vous a décidé à écrire deux livres et ainsi faire part de votre expérience de jardiner au public ?

19. le_lezardmercredi 13 avril 2011 à 13:10

Le premier, c'est le hasard de la vie... Ulmer a entendu parler de mon jardin et m'a donné carte blanche... Pour la suite, je suis depuis, plutôt, dans une phase de reconversion professionnelle... Je ne me vois pas tenir encore 28 ans dans une classe...

20. Philmercredi 13 avril 2011 à 15:05

Reconversion professionnelle, j'en rêve aussi car après avoir passé 15 ans devant un ordinateur, je m'imagine très mal devoir subir cela encore 27 ans (et les technologies changent tous les 3 ans).

Je souhaite être dans une classe...

Rodolphe : je créé, fabrique et édite des Motifs à Graines, pour faciliter les semis des urbainculteurs, des enfants, des anciens, des curieux, et pour faire en sorte que les semis fonctionnent mieux pour tous ceux qui veulent faire leur jardin, en ville ou aux champs. Voilà voilà voilà, tu sais tout en peu de mots.
Ca se passe sur mon site web très temporaire ici : www.germinaissances.com

22. Sabinemardi 25 octobre 2011 à 21:29

Bonjour,

Pas trouvé où vous adresser ma question à part ici.
J'ai planté cette année et pour la deuxième fois des tomates (3 pieds achetés) et 4 pieds qui ont repoussé spontanément. J'ai également planté pour la première fois deux pieds de courgettes qui ont peu donné. (fleurs non polinisées semble t-il). Par contre la facture en eau a beaucoup augmenté après ces quelques mois d'arrosage.
Si on ne récupère pas l'eau de pluie le jardin reste t-il rentable ?

Merci de tout coeur pour votre réponse.
Sabine ;-)

23. le_lezardvendredi 28 octobre 2011 à 11:53

Bonjour Sabine,
produire des légumes sans arrosage peut se concevoir mais le plus souvent il faut procéder à des arrosages lors des semis et en cas de sécheresse. D'une manière générale l'arrosage est à faire avec parcimonie en privilégiant les arrosages rares mais conséquents pour que l'eau aille en profondeur (et que les racines la suivent) à des arrosages quotidiens de surface qui n'apportent pas d'eau aux plantes...
J'ai subit la sécheresse au printemps et j'ai vite eu mes cuves de récupération à sec. Les paillis ont montré leurs limites au bout de deux mois. J'ai hésité... mais je n'hésiterai plus si cela se reproduit et j’utiliserai l'eau du réseau pour que les légumes poussent.
Normalement la facture d'eau n'augmente pas considérablement lorsqu'on arrose son potager (s'il est paillé...). Ici, 1 m3 coûte 4 euros. Il en faut pour exploser la facture.
Avez-vous vérifié si vous n'aviez pas une fuite ?

24. aviegemardi 3 avril 2012 à 17:40

Bonjour,
félicitation pour votre livre dont je trouve les conseils pertinents et pédagogiques.
Vous parler d'artisants pour l'achat de matériels de qualité.
Avez vous des contacts ou sites internets à recommander.
Cordialement.

Trackbacks

Aucun trackback.

Les trackbacks pour ce billet sont fermés.

Ajouter un commentaire

Les commentaires pour ce billet sont fermés.