REPTILY-FAMILY

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

trempette du 24 mai...

La température de l'eau est maintenant à 14°c. Ça a un petit goût de grand sud. Décidément ces trempettes nous font voyager bien au delà des quelques kilomètres qui nous séparent de la plage...

Que dire si ce n'est que c'était extra et que nous sommes restés plus de 20 mn dans l'eau (il fallait rentrer manger). Nous avons fait une longue promenade mi nagé- mi marché vers le nord. Au retour, j'ai choisi de batailler à la nage contre le courant... Ce fut long mais bon. Pas mal de touristes graillaient sur la digue de galets. Un homme a mis une combi... Nous nous sommes dits "chouette un copain"... mais il est sorti presque aussi vite qu'il était rentré... Nous avons trouvé qu'il abusait un peu...

Sur le chemin du retour, nous parlons déjà des trempettes de l'hiver prochain...
Vivement la semaine prochaine ! (ou demain, car ça commence à démangeait le reste de la tribu)













Autour de la mare...

la mare a sept ans. L'eau est translucide. Aucun des écueils annonçaient (moustique, verdissement... ) ne s'est avéré exact. Je trouve le milieu créé de plus en plus sympa... Je vais tailler un petit sentier pour pouvoir en faire le tour plus facilement...







Demain c'est la manif contre monsanto...


Dans la boîte aux lettres...

Quelle surprise aujourd'hui en ouvrant la boîte aux lettres. Il y avait avec le courrier un colis pas ordinaire venant des serres Tonneau. On pourrait se dire qu'il en a de la chance le Lézard : il met une photo de la bâche vieillissante de sa serre et tatata... les serres Tonneau lui font un petit colis avec un kit de réparation. Bin, non, ce n'est pas une histoire de chance... C'est juste que c'est monsieur Tonneau qui est comme ça.

Quand j'ai décidé d'avoir une serre (j'ai très longtemps hésité pour des raisons écologiques, économiques...) j'ai pris les catalogues des différents fabricants. J'en voulais une qui s'installe très facilement, qui puisse être déplacée et qui est fait ses preuves. J'ai éliminé les serres en verre car le coût au m2 ne me semblait pas raisonnable pour produire des légumes et après étude comparative des sections, des structures, des bâches... mon choix s'est porté sur une serre Tonneau. J'ai choisi sa taille en fonction de mon porte-monnaie (quand on fait le calcul au m2 on se rend compte qu'il y a une surface qui coûte moins chère... j'ai appris plus tard que c'était logique... chaque serre à au moins deux extrémités et une porte... quelque soit le nombre d'arceaux...). Cependant si c'était à refaire je prendrai beaucoup plus grand et surtout je mettrai une serre dans le jardin et je ferai mon potager autour... et pas l'inverse.
A l'époque je croyais que les serres Tonneau était une marque, un concept... basé sur la forme en tonneau... en demi tonneau. Et puis j'ai découvert que derrière il y a avait un homme.
J'ai eu le grand bonheur de rencontrer Jean-Pierre Tonneau il y a quelques années. Je suis allé visité son usine. J'ai vu comment il travaillait. Nous avons discuté de serre. De ses serres bien sûr mais aussi de celles des autres et de celles qui sont autoconstruites... J'ai appris plein de choses. Et puis dès la première discussion il m'a semblé que ce qui est le plus important à ses yeux ce sont les gens qui cultivent les légumes, c'est l'utilisateur de ses serres. Bien sûr son activité est économique mais l'aspect humain n'est pas oculté, loin de là. Il faut entendre comment il parle d'eux avec passion... comment il s'intéressent aux modes de cultures qui sont pratiqués dans ses serres. C'est un homme qui s'arrête sur la route des vacances dès qu'il voit une des ses serres pour aller discuter avec les jardiniers... Enfin, je ne suis pas sûr qu'il continu à le faire vu le nombre de serres Tonneau que l'on voit maintenant. Rien que dans ma rue, et nous ne sommes pas nombreux, les serres qui ont éclose chez mes voisins sont principalement des Tonneaux...
Après les tempêtes (mes serres s'en sont prises quelques une dans les dents et n'ont jamais tremblées même cet hiver lorsque la toile était fragilisée), après qu'un orage de grêle (et m'dame Lechat en un connu un récemment... j'espère que ta toile est arrivée... mais le printemps c'est le coup de bourre pour les fabricants de tunnel à cause des envies de dernières minutes... de tomates) ou plus redoutable encore... après un épisode de neige lourde... il arrive qu'il y ait de la casse et alors nos cœurs s'effondrent... C'est là qu'on est content d'avoir choisi du matériel robuste mais simple où tout peut être changé, réparé... à moindre frais. La plupart d'entre nous répare seul dans son coin comme je le faisais. Des fois il faut passer commande d'une pièce... et là je crois qu'à Lincelles il y a une alerte qui sonne (je ne suis pas sûr mais je crois...) et que Jean-Pierre Tonneau se renseigne puis avise en privilégiant l'aspect humain...

Voila, ma bâche est réparée. Elle est repartie pour un tour... Sixième, septième, huitième saison... Quand j'ai reçu ma serre, le livreur m'a dit qu'il venait de déposer une bâche à quelques kilomètres de chez moi. Le gars la changeait au bout de 17 ans. Je pense que ça serre était à l'ombre. On ne peut pas tout avoir : une bâche qui dure et une bonne exposition au soleil. Il faudra que je change la mienne un de ces quatre. Ce jour là se posera la question d'en doubler la surface. Je sens que je vais encore tergiverser plus qu'il ne faut. Ce qui sera beaucoup plus simple c'est le devenir de la vieille bâche : la partie Est indemne servira pour faire des tunnels bas tandis que le reste servira pour protéger le bois de chauffe de la pluie...

En tout cas, merci monsieur Tonneau pour cette délicate attention... et pour vos visites régulières de la Reptily-Family.






Les lupins de cette année...

Étonnants comme tous les ans, je note cependant que les lupins prennent un peu trop leurs aises. C'est que je commence à en retrouver un peu partout ! Grrr. Alors j'en mets en pépinière, j'en repique... et certains partent au compost. Ainsi va la vie du jardin...

Trempette du 17 mai...

une trempette à la descendante mais... encore assez haute... car je me suis trompé d'horloge avant de partir... Nous avons deux horloges dans la maison. L'une à l'heure d'été et l'autre à l'heure d'hiver (c'est assez pratique d'une manière générale, surtout deux fois dans l'année) et je m'a gouré (grrrrr)...
Le côté positif c'est que lorsque la mer est haute nous n'avons plus pied assez rapidement et qu'ainsi je ne risque pas de me prendre un piquet de rommel...
A chaque trempette nous faisons, chemin faisant, des hypothèses : ça va être chaud à cause des vagues, gaffe au courant, on ne s'éloigne pas de la berge, on ne reste pas trop éloigné l'un de l'autre... ou bien... aujourd'hui ça va être tranquille... limite on va s'embêter. Comme il faisait chaud (20°c) nous avons craint le chaud-froid. Comme il n'y avait pas de vague nous avons craint l'ennui... Que nenni, ce fut une merveilleuse trempette de printemps !
Nous sommes restés un petit quart d'heure dans une eau entre 11 et 12°c à nager d'un épis à l'autre en ayant bien en tête que toutes ses trempettes hivernales nous permettent de profiter pleinement de la chance que nous avons de vivre sur ce petit bout de littoral...
Notre plage n'est pas sur une île du bout du monde, avec une mer chaude et de doux zéphyrs... mais pour nous une trempette sur le littoral picard vaut toutes les promesses des voyagistes...

Vivement la semaine prochaine !











Essaim du jour...





Soirée circassienne...

L'école de cirque Cirqu'onflexe fêtait son âge en grandes pompes dans un cirque Jules Verne plein à craquer. C'est le BBCL qui faisait le poum-poum-poum...







Des poulettes qui découvrent le poulailler mobile

La première série prend le grand air !!!

De l'eau dans les bottes...

Aujourd'hui je faisais du lourd, du chiant, du douloureux pour les bras (surtout le droit)... arrachages d'ortie, de pétasite et de bambou... dans des coins que je néglige. Il est intéressant de noter que les poules mangent à peu près tout sauf les orties, les pétasites et les bambous. Avec mon outil (je dis mon parce que c'est mon chouchou) dont je ne connais pas le nom pour la simple et bonne raison que je ne lui en ai pas donné, une espèce de fourche bêche édentée à main (dont nous avons déjà parlé), j'allais chercher les racines en profondeur et les poules, dans mes pattes, étaient à la régalade car ça grouillait de vers.

D'un coup, d'un seul le vent s'est mis à souffler et je me suis pris des trombes d'eau sur la tronche. Ça a duré un moment. J'étais trempé mais j'ai continué. longtemps. Des heures avec les gants et les bottes pleins de flotte.

Et bien, figurez-vous que j'ai plus tremblé de froid cette après-midi qu'au cours de toutes les trempettes de cet hiver !!! J'en ai même eu mal dans les doigts des mains et des pieds. Un bain chaud a été nécessaire. Et c'est toujours douloureux en ce moment.
Incroyable.

Premier, première...





3 semaines de chaleur pour le petit trésor !

Dix œufs sont dans la couveuses et les cinq autres sont sous la marans qui s'est décidée à couver (j'ai profité d'une de ses petite escapades alimentaire pour faire un échange...).


Un trésor à bichonner...


Trempette du 10 mai...

D'après les abaques nous devions nous tremper vers 14H00 mais ce n'était pas possible car au même moment j'étais de causerie au sujet d'un allium qui me tient à coeur... Causerie au demeurant fort intéressante car j'ai rencontré des jardiniers d'un âge certain qui m'ont longuement parlé des variétés de légumes qu'ils cultivent et qu'ils tiennent de leurs parents... Très, très, très intéressant. J'ai les coordonnées de chacun et je vais retourner les voir pour faire des enregistrements de leurs récits. Certains parlent un picard qui tant à disparaître, d'autres ont un accent étonnant avec des r roulés... Ils parles d'échalotes, de haricots, de poiriers, de pommiers avec des yeux qui pétillent. J'adore

Donc c'est après une journée de plein soleil que nous nous sommes rendus en début de soirée à notre plage préférée. Belle mer, température de l'air presque estival, température de l'eau à 11°c. Un délice ! Après être restée froide pendant tout le début du printemps, il nous semble que la température de l'eau grimpe assez vite depuis trois semaines... Nous avons pris garde à ne pas nous prendre de piquet de rommel et sommes sortis de l'eau quand nous avons vu que la Lézarde commencait à trouver le temps long... Déjà qu'on lui demande chaque semaine de nous accompagner, faudrait pas exagérer...













Phénologie - Aubépine


Aubépine noyée au milieu des ficus, goji, pommier, feijoas...

Hummm, le bon compost... de toilettes sèches...


Des réparations qui s'imposent...


Des filles qui préparent une pizza...

Floraison du goumi...

Un cotinus après le grain...


Un grain qui passe...

Jardinier musicien...

Trempette du 2 mai...

Trempette à 15H00 à la descendante... J'étais un peu inquiet car depuis ce midi je bossais dans la serre et nom de Zeus je m'y collais de sacrées suées. Le corps était comme qui dirait en ébullition et se jeter dans les eaux froides de la mer était peut être un peu osé. Un truc du style chlic-chlac... crac. Donc, la grande sagesse qui me caractérise m'a incité à me calmer 5 mn avant de partir histoire de faire redescendre le thermostat et appréhender cette trempette dans les meilleures conditions.
Nous sommes partis de la maison à la fin d'une grosse averse en nous disant que nous devions avoir pile-poil le temps avant la prochaine. Bon timing : La mer et le ciel était magnifiques. L'eau nous a semblé étonnamment agréable... comme celle d'une baignade de début d'été alors qu'elle n'est qu'à 10-11°c (ça monte, ça monte).
C'était bien sauf que je me suis pris un piquet de rommel que les mouvements de la plage ont fait réapparaître... C'était en plongeant, heureusement que j'avais les bras en avant... Méfiance la semaine prochaine, si possible tenter une trempette avec une hauteur de marnage plus importante.
Est-il utile de mentionner le fait que nous n'avons pas eu froid... mais alors pas du tout... et qu'ensuite je suis retourné dans les serres parfaire ma séance active de sauna...













Work in progress...








oseille rouge...

Promenade du 30 avril...





Des naissances...

depuis hier soir et jusqu'à demain... normalement...


Concert de fin de stage...

Les vacances ne commencent que demain soir pour la petite lézarde qui souffle dans son biniou du matin au soir... Heureusement que ce n'est pas le contraire !!!
Ce soir c'était le concert de restitution du stage de 4 jours. C'était très chouette !
(J'étais aussi très content de revoir Willy... qui va s'occuper un peu de Lolinouchka, m'a t-il dit...)

ça s'accorde...


ça se concentre...


et ça joue...


... une petite idée de l'ambiance...

De l'ail des ours en fleur...

Dans la serre...







trempette du 26 avril...

Le grand Lézard était en vadrouille... à Venise. Il est rentré ce midi, un peu crevé, après une nuit et une matinée de bus... Autant vous dire que ça plus la météo, bin il n'y avait pas grand chose pour nous motiver. Nous y sommes donc allés un peu à reculons mais c'est sans regret : on s'est bien marré et ça nous a filé la pêche pour le reste de la journée !!! Du coup, le fiston est remonté sur sa bicyclette pour rejoindre ses copains-copines et finir la journée avec eux...

Revenons à nos moutons, peu nombreux sur l'eau aujourd'hui car il n'y avait pas de vague. Trempette à la montante. nous avons senti avec nos pieds que la configuration de la plage avait changé cette semaine certainement avec le coup de vent de jeudi. Le sable est pendant une ou deux dizaines de mètres de large très meuble. Un peu vaseux. D'habitude il est très dur.
La T° de l'air était à 15°C. Celle de l'eau à 9 / 10°c (à vue de nez plutôt 10 que 9). En tout cas elle nous semble très agréable. Pas de vent mais un peu de pluie. On se rend compte qu'on aime vraiment les vagues et qu’aujourd’hui elles manquaient.

Vivement la semaine prochaine !!!















26 avril... 29 ans...

Notre cabane dans la nuit...

Work in progress... des buttes polonaises...

Semis de ricin...

Jardinage lunaire...

Le ciel de ce soir...

Semis de cucurbitacées...

Utilisation du compost de toilettes sèches... pour faire de multiples et variés semis de variétés de cucurbitacées... parfois avec de vieilles graines mais si elles n'étaient pas semées cette année elles étaient fichues. Et comme le jardinage a une capacité non-négligeable à réserver de belles surprises... on verra bien...





Des courgettes :
  • Alberello di Sarzana
  • Verte d'Italie
  • Cou Tors
  • Longue de Nice
  • Blanche d'Egypte
  • Blanche de Virginie
  • Gold rush
  • Verte noire maraîchère
Des concombres
  • Longo de la cina
  • Le généreux
  • Mélotherie
  • Longue de Nice
  • Blanc hâtif
  • Marketer
  • Kiwano
  • de Russie
Des courges et autres potirons...
  • Jack' O lantern
  • Spaghetti
  • Pâtisson vert pale de Bennings
  • Pâtisson vert panaché de blanc
  • Japonais du beau père de Philippe
  • Cushaw white
  • Courge du Pérou
  • Squash pilar
  • Blue Hubbard
  • Vert Kabosha
  • Musquée butternut
  • Bleu de Hongrie
  • Baby boo
  • Marina di Chiogga
  • Red kuri
  • Courge Luffa Ping ann
  • Giant Atlantic
  • Vif d'Etampes
Des melons
  • Chilton
  • Hales's best Jumbo
  • Voatango
  • Ogen
  • Vert Olive
  • Serpent
  • Ananas d'Amérique
  • Jaune canari 2
  • de Noël Honey Dew
  • de Lunéville

  • Pastèque Lune-étoiles à fruit rond
et d'autres...
  • Trichosanthes cucumerina (serpent extra long)

Au final, ça fait pas mal de plants si tout germe !!!!

Première récolte de rhubarbe de l'année...

et la gagnante est... celle (dont je ne connais pas le nom) de mon grand-père !!!
Merci Georges !!!

Des emplettes...

Certainement mes seules emplettes de l'année... peut-être vais-je devoir racheter quelques graines de carottes... faut voir...

Je suis allé à Bussus-Bussuel avec une idée bien précise des pépiniéristes que je voulais voir... et avec qui je voulais discuter...

J'ai ramené des rosiers de Jean-Lin Lebrun


Des rhubarbes de Mathieu Vermes

(Holsteiner Blut, Goliath et Livigstone pour les comestibles)

et des aster de chez Stéphane Decriem


Ce soir tout est replanté à la bonne place... Chouette !!!

Trempette du 19 avril...

Trempette du matin... entrain !

La température de la mer remonte assez rapidement. Elle est maintenant entre 9 et 10°c. Cependant, nous nous souvenons avec émotion, voire nostalgie, que pour le bain du premier de l'an... elle était à 11°c. C'est pour dire que faudrait pas croire que la saison des bains en eau froide soit derrière nous...

Donc trempette à la descendante avec une t° extérieure de 9°c (comme l'eau). Vent très froid du NE. Quelques belles vagues. Le grand Lézard est sorti avant moi. Je suis resté nager. Il faisait beau, j'étais bien, depuis le temps je suis aguerri, n'est-il pas... Quand je suis sorti de l'eau j'étais bien rose... pas de piquette, rien... Mais une fois rentré à la maison j'ai mis du temps à me réchauffer... comme quoi...
Vivement la semaine prochaine. Je serai peut-être seul car le grand Lézard aura voyagé toute la nuit en bus pour revenir d'Italie...












Ce soir, au fond du jardin...

Prêts à sortir...





Des outils qui prennent le soleil...


Autour de la mare...


Phénologie - Poirier et nashi...


Un trait dans la nuit...

Depuis un moment, il fait beau le jour.
Il fait beau ça veut dire qu'il y a du soleil, qu'il n'y a pas de vent et que les températures sont au dessus des moyennes attendues pour la saison. Ça veut dire que la nuque, le dos et les gambettes des jardiniers prennent un teint hâlé alors qu'en avril... normalement, ne te découvre pas d'un fil.
Ça veut dire aussi que bientôt les jardiniers (et le reste de la population non jardinante) vont très rapidement se plaindre du manque de pluie et que si ça continu comme ça il va falloir arroser toutes ses petites graines que nous venons de semer... grrrr.

Le jardinier jubile à l'idée qu'il fasse beau le jour. Bon. Il n'en peut plus si la nuit le bruit des gouttes, pas trop grosses les gouttes s'il vous plait, le réveille... et dans ses rêves les plus fous il imagine qu'il est loin le temps où il fallait mettre des cierges à Sainte Rita pour que la pluie ne touche ni les pommes de terre ni les tomates !

En ce moment il fait beau le jour... et la nuit. C'est l'occasion de lever les yeux vers le ciel (ami jardinier, sache que le cou peut se détendre sans risquer de se rompre et le regard peut quitter le sol pour filer vers l'horizon voire s'élever vers les cieux... si si...) pour regarder les étoiles. Ici, malgré tous les efforts mis en place pour polluer lumineusement les nuits on peut encore contempler la Grande Ourse, Véga de la Lyre... Et puis il y a tous ces avions chargés de voyageur qui vont vers des contrées lointaines. Ceux que je vois passer vont vers l'Amérique du nord, le Japon. Ça doit être étonnant le Japon malgré Fukushima...Et puis toutes les heures et demi il y a les cosmonautes qui passent au dessus de nos têtes à une vitesse pas possible... Si vite que ça fait un trait sur la photo (avec 15 secondes de prise de vue)
Ce qu'il y a de magique, c'est qu'on connaît à l'avance l'heure exacte à laquelle apparaît la station dans laquelle ils passent des mois... et le chemin qu'elle suivra pour traverser le ciel en quelques minutes quatre cent quarante kilomètres au dessus de nos têtes.



Apparition de la station spatiale (trait vertical au niveau des arbres


elle passe à côté de Vénus...


elle file vers l'Est...


pour observer ISS et connaître les heures de ses passages il suffit de rentrer ses coordonnées géographiques sur le site de Heavens-Above


Un couvre sol en fleur...

Des pivoines qui grimpent vers le ciel...

Mon poussin...