REPTILY-FAMILY

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Au ras des paquerettes...






Le jour du grand...

ça tourne, ça tourne...


Chardonneret élégant...

Arrivée cette semaine de l'élégant qui a vite trouvé ces marques au milieu des mésanges...

L'origine du monde...

Verra t-on dans cette image de chatte poilue un obstacle à la capacité de notre pays à faire des affaires quitte à s’asseoir sur les droits de l'Homme ?

Lu dans la presse...

dans le canard de ce jour...

Des galets moussus...

Prémices d'une belle journée...

A la poursuite de la pépette au plaid...

Le temps d'un instant, on pouvait se croire à Sakhaline, un jour de grand beau temps...























Un crapaud sous la glace...

J'ai l'impression qu'ils se sont fait surprendre au moment de pondre par l'arrivée du froid... Ils sont un bon paquet, énormes, à se mucher dès que nous posons les pieds sur la glace...

Là, ça caille...

-7°, ce matin, alors on reste au chaud et je fais des gâteaux et de la confiture... C'est un chouette temps pour faire de la confiture !







Tient, v'la l'hiver !!!

Du petit bois pour l'année prochaine...

Je poursuis mes travaux de taille de transparence du jardin. C'est long car j'élimine les bouts de rameaux en les découpant au sécateur et en les laissant sur le sol, je fagote dès que je peux et je fais du petit bois avec le reste... Je garde toutes les rames de noisetiers, de saules... pour faire des plessis, des rames, des structures, des arches de mini tunnel. Je garde aussi quelques sections d'essence de noyer, tilleul, lilas... pour les mettre à sécher et avoir ensuite de la matière pour mes petites cuillères.
J'ai déjà plus d'un stère de petit bois qui est ainsi rangé. Si ça continu comme ça, le petit bois d'une année nous assurera une saison de chauffe... Bon j'ai du gros en stock, en cas de besoin, mais je n'y ai pas touché depuis que je l'ai fait rentrer...

Ce soir au fond du jardin...





Graines et gras à tous les étages...

De l'eau et du soleil en fin de journée...

Un rouge-gorge sous la pluie...

Des cocottes qui n'en laissent pas une miette...

Radis autonome d'hiver...

Les coins à radis c'est un peu comme les coins à champignons... faut y passer régulièrement, pas trop déranger le milieu et récolter à l'envi... Je m'aperçois que j'ai des coins à radis verts, d'autres à radis noirs... et d'autres à fanes de radis parce que la racine est immangeable... Ça dépend vraiment de la graine qui a été faite (hybridation ou non...). Ce qu'il y a de sympa c'est qu'un coin à radis est valable plus d'une année. J'ai des coins qui fonctionnent depuis trois ans. Après, il y a un truc que je ne comprends pas bien, j'avais un coin où les radis noirs jusqu'à présent ne valaient pas une cacahuète... qui maintenant sont excellents. Va comprendre ?

trempette du 1er janvier...

Trempette solitaire le grand Lézard ayant préféré travailler ces maths (rhooooo )...

Cette année, je ne me suis pas fait couillonner et je suis resté dans mon petit coin... loin de la foule et des cris...

Donc une trempette sauvage à la montante, avec un vent trop modeste pour être ennuyeux, des belles vagues, une température de l'eau sensiblement égale à celle de l'an passé (11°) et une température de l'air de 7°. Pas de sensation de froid ni avant, ni pendant, ni après.
C'était très chouette... vivement la prochaine.








Meilleurs vœux à toutes et à tous...

Dernier de l'année...

Promenade du 31 décembre...

Cela fait quelques jours que j’œuvre au nouveau jardin... C'est dur pour moi, dans ma petite tête, de penser un autre jardin. Ça se fait tout doucement, hésitation après hésitation. J'élague comme jamais, je joue du sécateur à en avoir des cloques à la place des doigts, je prépare les enclos à poules... Je couvre, je découvre, je donne du croc pour faire fuir les mulots. Je n'ai pas encore commencé le retrait des zones potagères qui doivent être abandonnées, pourtant je sais que c'est une bonne solution... J'ai commencé la suppression de certaines allées, mais pas de toutes... pas facile tout ça...

Il fait vraiment bon pour travailler. Je suis obligé de tondre encore et encore certains coins ou l'herbe d'hiver est déjà très haute. Le jardin est plein de légumes autonomes (claytones, radis noirs-verts-blancs, roquettes, pommes de terres, ocas...) et Il y a des fleurs qui m'étonnent...



















Plaquemine de Corée

Ce sont les deux premiers... porteurs d'espoir pour les années futures...

Un coin que j'aime bien...


C'est de circonstance...

Après avoir fait le plein de vitamines, d'acides aminés et de sels minéraux... il n'est pas inutile de préparer les coquilles d’huître pour un apport de calcium au jardin...

Commencez par vous assurer qu'il ne reste rien dans la coquille, pas de perte
Déposez les dans le feu
Laissez les romioner sur les braises un certain temps
Piquez les au tisonnier pour vérifier la cuisson
Sortez les, et intégrez les au compost ou au jardin après réduction en miettes au pilon...
(les plus pressés peuvent les mettre directement au compost et attendre que le temps fasse son office)

Confiture pomme kiwi

Les kiwis avaient plutôt tendance à passer qu'à mûrir... Histoire de ne pas les perdre, j'ai fait 2/3 un 1/3 avec 1/2 de sucre. J'ai laissé macérer 6H00 puis 50mn à petit feu... Le résultat est très sympa

Solstice d'hiver...

Étonnant pour la saison... non ?

Brevetabilité du vivant

C'est aujourd'hui, à Strasbourg... grosso modo, qui aura le brevet sur un gène pourra revendiquer un droit sur n'importe quelle plante porteuse de ce gène... Elle est pas belle la vie ! GRRRRRRRRRR




Voici le communiqué du Réseau Semences Paysanes. Bonne lecture !

************************************

BREVET SUR LE VIVANT : NON AU VOL DES SEMENCES NATIVES ET DES ANIMAUX DE FERME !
Communiqué du 15-12-2015 du Réseau Semences Paysannes et de la Confédération Paysanne www.confederationpaysanne.fr - www.semencespaysannes.org

Les députés européens réunis à Strasbourg doivent débattre ce jeudi 17 décembre d'une résolution sur la brevetabilité des semences. Face à l'émotion créée par la décision de la Grande Chambre de l'Office européen des brevets qui a confirmé le 25 mars dernier la brevetabilité des plantes issues des procédés naturels tels que le croisement et la sélection (1), le Parlement européen se doit de réagir. En effet, que la loi soit bonne ou mauvaise, le juge est obligé de l'appliquer, seul le législateur peut la modifier.
La proposition de résolution soumise au vote du Parlement prétend s'opposer à ces brevets qui organisent le vol des semences natives et des animaux de ferme. Malheureusement, elle risque de faciliter au contraire la biopiraterie. Elle réclame certes l'interdiction des brevets sur les plantes issus de procédés naturels de sélection, mais elle ne s'oppose pas à la brevetabilité de leurs gènes ou caractères natifs lorsqu'ils sont recopiés et ré-assemblés par les nouvelles techniques de modification génétique. De plus, elle ne dit rien contre les brevets concernant les animaux de ferme. Si cette résolution devenait loi, toutes les plantes et tous les animaux contenant un gène ou un caractère natifs ainsi brevetés ne pourraient plus être cultivées ni élevés librement, y compris celles et ceux qui ne sont pas issus du procédé breveté, mais de procédés naturels de sélection.
La proposition de résolution prétend ensuite « libérer » les semences et les animaux confisqués par les brevets en facilitant l'accès aux séquences génétiques et aux protéines brevetées pour en sélectionner d'autres. Mais seules les grandes entreprises de biotechnologie modifient les gènes pour en sélectionner d'autres. Les agriculteurs et les petits sélectionneurs ne pourraient jamais profiter d'une telle « exception totale de sélection (2)». Elle serait réservée au club fermé des biotechniciens qui se partageraient ainsi l'exclusivité totale de l'accès au patrimoine semencier et animal sélectionné et conservé par des centaines de générations de paysans.
Les paysans seraient obligés de racheter chaque année de nouvelles semences et de nouveaux animaux reproducteurs brevetés. Une telle dépendance mettrait le droit à l'alimentation des peuples européens entre les mains d'une poignée de firmes multinationales qui pourraient décider seules ce qu'ils doivent manger et même s'ils peuvent ou non manger !
Le Sénat français sera appelé à se prononcer sur le même sujet les 19 et 20 janvier prochain dans le cadre du débat sur la « loi biodiversité ».
La Confédération Paysanne et le Réseau Semences Paysannes appellent les parlementaires européens et français :
• à refuser toute forme de brevet sur les plantes, les animaux, leurs composantes génétiques ou leurs caractères natifs obtenus ou pouvant être obtenus par des procédés naturels tels que le croisement et de sélection,
• et à exiger une exception totale de l'agriculteur n'entravant d'aucune manière ses droits de conserver, d'utiliser, d'échanger et de vendre ses propres semences et ses propres animaux de ferme, de vendre sa récolte, ses animaux et les produits qui en sont issus et d'accéder sans droit de licence à toutes les ressources génétiques dont il a besoin.

Contacts :
Guy Kastler (FR) : 0033 6 03 94 57 21
Emilie Lapprand (FR, EN) : 0033 6 43 61 06 26
Roxanne Mitralias (FR, EN) : 0033 1 43 62 18 73

(1) Procédés dits « essentiellement biologique » en droit des brevets
(2) Contrairement à l'exception de sélection du Certificat d'Obtention Végétale (COV), l'exception de sélection sur un brevet n'est pas à la portée des petits sélectionneurs ni des agriculteurs. Dans le cas du COV, cette exception permet d'utiliser une variété protégée pour en sélectionner une autre par croisements ou brassages génétiques naturels, ce qui est à la portée de tout agriculteur ou petit sélectionneur. Mais les brevets ne sont pas en Europe déposés sur des variétés, ni sur l'ensemble du génome des plantes, mais uniquement sur un trait génétique particulier pouvant être présent dans plusieurs variétés différentes. L'exception de sélection sur un tel brevet nécessite de pouvoir modifier ce caractère génétique, ce qui n'est pas à la portée des agriculteurs et des petits sélectionneurs qui ne disposent pas des moyens et des équipements nécessaires à la pratique des biotechnologies génétiques

Mais que fait la police !!!

Une nonette...

Un peu d'exotisme...

Prendre un peu de recul...

Je suis de plus en plus affolé par les réactions impulsives, à froid... les "il suffit de"... quelque soit le sujet. Je vous conseille cette conférence d'Alain Badiou qui s’intitule "Penser les meurtres de masse du 13 novembre". C'est long, certes, mais cela vaut le coup de prendre le temps de l'écouter.

(il y a une restriction sur le partage de cette vidéo, aussi en cliquant sur l'image vous serez automatiquement redirigé)

Des arbouses...


Une éclaircie de fin de journée...



Pic et pic et...

Bruxelles...

Y'a du monde en terrasse...




Ça sent le kaki...

Ce matin j'ai jardiné la tête au soleil, les mains dans la Terre et les naseaux grand ouverts... ça fait du bien, surtout quand je tombe sur des petits trésors !!!

Harengade...

Ce sont mes premières conserves de poissons... J'espère qu'elles seront à la hauteur des marinades d'il y a 15 jours...

Raifort tripode...




Première flambée...

Je n'avais pas envie de poster... Vous me comprennez...



Aujourd'hui, j'ai eu beau faire des pâtisseries... le temps du plaisir des retrouvailles avec la flamme s'imposait...





Promenade du 13 novembre...











Retour au bercail...

Les petites poulettes que j'ai vues sortir de l’œuf, que j'ai bichonnées... m'accompagnent, nous accompagnent depuis. Nous sommes au spectacle. Elles sont belles et ne font pas trop de dégâts (elles ont quand même boulotté mes maïs nains... grrr). Contrairement aux premières que je laissais en liberté... elles ne viennent pas faire leurs étrons devant la maison. Elles ne s'aventurent jamais sur la route. Je les trouve vraiment très sympa.
Elles se déplacent en escadrille, ont retrouvé leurs instincts et dorment très haut, très très haut dans les pommiers... A chaque fois que je les remets dans l'enclos elles s'en sauvent. Du coup elles sont dans le jardin, grattent, nettoient, mangent toutes les graines de "plantes qui ne sont pas à leur place".
Depuis deux, trois jours... je les voyais peu...
Ce matin, toc-toc-toc. C'est l'agriculteur qui exploite le champs au bout du jardin. Il a semé du blé il y a trois jours... et mes poules explorent les sillons fraîchement refermés. Ah oui quand même !

Bref, z'avons récupéré les belles, z'avons coupé les plumes d'une aile... Z'avons taillé les branches de tout ce qui pouvait leur permettre de franchir des obstacles et z'avons remonté d'un mètre la hauteur des dits obstacles à une libre circulation de la gente gallinacée. Bref z'avons fermé l'espace de ché glaines.

11 novembre



Maudite soit la guerre

Ecossage du soir...

Récolte de haricots coco, plein (et il en reste pas mal mais il n'y a pas le feu pour les ramasser car les gelées ne sont pas à craindre et il ne pleut guère, en tout cas pas au point de mettre en péril les grains)... donc grosse séance d'écossage... Il y a du frais, du frais qui part au congélo... et de la semence pour les années futures avec une variété du nord de la France...


Reinettes des Flandres...

Il était temps de les cueillir... le moindre mouvement d'air commençait à les faire choir... J'ai profité de cette belle journée de septembre... heu... de novembre pour le faire. On en a profité pour faire une grosse tournée de compote avec toutes les pommes abîmées qui traînaient dans le jardin

Chou frisé du petit matin...

Chauffage solaire...

Quel bonheur d'avoir une maison solaire, quel bonheur !

Cela fait deux ans que nous n'avons pas eu besoin de mettre en route le chauffage conventionnel (notre plancher solaire basse température peut être chauffé au gaz -ou à une autre énergie- si le soleil vient à manquer. L'an passé nous avons utilisé moins de deux stères de bois pour faire l'appoint...Deux stères, il paraît que c'est une misère pour assurer le chauffage de 5 personnes dans une grande maison... surtout qu'une grande partie des miens provient de la taille des fruitiers. Je fagote, je fagote, je fagote. Quand je taille, je débite tout ce qui peut l'être sur place et le reste devient du petit bois pour la cheminée.
Quel bonheur, mais quand les jours raccourcissent, quand il commence à faire froid et humide dehors, on aimerai pouvoir allumer une petite flambée pour réchauffer les cœurs ... et non, pas tout de suite, il faut attendre encore un peu.
Alors on guette, on zieute, on scrute le thermomètre. Va t-il enfin passer sous les 20° ?
L'an passé, nous avons fait notre première petite flambée le 8 novembre. On s'en rapproche. Sous 19°, j'allume.
En attendant je fais quelques confitures avec les fruits rouges congelés cet été... mais je réchauffe aussi la maison... repoussant d'autant le plaisir des retrouvailles avec le feu

(Nous avons construit notre projet il y a 14 ans... sans aide... par militantisme...
La maison fonctionne depuis 13 ans.
C'est une filière énergétique qui n'est pas mise en valeur alors que même sous nos latitudes et nos climats elle est très rentable économiquement et environnementalement.
Je ne sais pas si ils en cause à la COP 21... mais ce serait bien !)

Première récolte d'Actinidia deliciosa...

Depuis le temps que je les attends... voici enfin venu le temps de ma première récolte de kiwi. J'ai planté mes premiers pieds... il y a au moins ça. Ils sont très vigoureux mais n'ont jamais fait la moindre fleurs. J'ai testé un pied autofertile que j'ai planté au milieu des premiers : que dalle, rien, nada. J'ai planté une deuxième série. Pas mieux ! De la liane, de la liane... rien que de la liane. Et puis la troisième tentative, plantée il y a trois ans vient de produire ses premiers kilo de fruits. C'est Ribanjou qui m'avait expliqué que la plupart des plants du commerce était obtenu par semis alors que la greffe est vivement conseillée...Donc je lui ai pris les siens en désespoir de cause.
Le résultat est enfin là, comme quoi ça valait le coup d'insister.

Le climat de la Terre

Je suis en train de lire "Le climat de la Terre" de Gilles Ramstein. C'est passionnant, parfois ardu mais passionnant. Je viens de m'apercevoir qu'il est passé il y a un mois aux "savanturiers". Je vous conseille vivement l'audition de cette émission claire, précise, agréable et écoutable par tous...

Ramassage des pommes (suite mais pas fin)

Les pommes à couteaux rejoignent les unes après les autres la cave de madame A. Les pommes à jus s'entassent dans des sacs avant d'être pressées, pasteurisées, consommées... et dans ma tête ça fait un peu ça...

Gelée de coings (2)

Rebelote... faut dire que la récolte a été belle...

Donc mes coings, je ne les épluche pas... je les mets à cuire coupés en quart avec de l'eau. Je les fais ensuite passer toute une nuit sur un égouttoir et le lendemain je fais bouillir le jus un quart d'heure avec du sucre (pas d'agar-agar... ça fait passer la couleur)
Quand j'utilise de la parafine j'essaye de faire un truc sympa... mais je n'ai pas encore trouvé comment faire pour que ce soit plus translucide... A chaque fois je me dis que je dois chercher comment faire... puis j'oublie... et quand je vois la fois suivante la parafine devenir opaque je me souviens que j'avais dis qu'il fallait que je recherche comment faire puis j'oublie... puis...






Ensuite j'épluche mes coings et je retire les pépins pour faire la pâte de fruit... C'est beaucoup plus facile de le faire à ce moment là car ils sont devenus tout mou ! Je mixe, ajoute du sucre et fais cuire longtemps, longtemps en touillant sans cesse. Lorsque la pâte se décolle du fond c'est qu'il est temps de la mettre à sécher sur un plateau...





Elle est pas belle la vie !

Gelée de coings...





Une journée de jardin en bonne compagnie...






Des pommes, toujours des pommes...