REPTILY-FAMILY

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

PdT autonomes...

C'est l'histoire d'une pomme de terre qui se retrouve par un beau printemps dans un tas de compost en formation. Elle s'y sent bien et prend ses aises. Au cours de l'été elle est resplendissante. Elle fait plein de bébés pour assurer la pérennité de son espèce. Au total ils seront 26 à survivre aux assauts des grignoteurs à quatre dents (pour un total de 5,4 kg). Les plus beaux font pas loin de 400 grammes chacun...

Trempette du 30 août...

Dernière trempette de notre premier cycle !
Nous avons fait le tour du cadran !
Pas sans mal, car, nous nous sommes embêtés ces deux derniers mois. On peut même dire que la motivation n'était pas franchement au rendez-vous. De là l'idée, qui peut paraître saugrenue au départ, que la trempette n'a de raison d'être sans un minimum d'enjeu.
Donc une trempette par coef de 110 avec une mer aussi déprimante qu'une morne plaine. Le littoral est squatté par les pêcheurs de maquereau et il est impossible d'avoir notre épis habituel pour faire un petit plongeon.

Vivement les trempettes vivifiantes de l'automne, de l'hiver et du printemps !!!


Il mangeot des tomates...

Autour de la mare...

Tsoing-tsoing...

Choux-pommes

Passion potager...

de l'Ami des Jardins de ce mois...

rhaaaaaaaaa !

Elle est jeune mais déjà de belle taille (le maillage du grillage est de deux centimètres sur deux...)

Au four

Il pleut... alors on fait des gâteaux !






Repriser, reboutonner, ourler...

Il pleut, alors je me fais une journée couture... quand tu fais ma taille il vaut mieux savoir se servir d'une aiguille !!!
Et puis, repriser ses chaussettes c'est bien !








Au moulin...

il pleut et ça ne va pas aller en s'arrangeant alors on se régale comme on peut... J'ai récupéré un super levain chez des paysans-boulangers et je suis assez content du pain que je fais avec...



1m2 de PdT...

Travail de concert...

Un fillle qui tresse de l'ail...

Fruitier - J2

Cela fait maintenant 13 ans que nous sommes installés sur cette pâture. Mis à part la maison, rien de ce que j'ai aménagé n'est immuable. J'ai creusé des trous qui peuvent être comblés, j'ai fait des buttes qui peuvent être arasées, j'ai planté des arbres qui peuvent être coupés.
Je n'ai rien construit de plus que la maison. Je n'ai même pas de cabane de jardin pour ranger mes outils (ma tondeuse trouve abri dans le garage de mes voisins du royaume septentrional, merci à eux !)
Cela fait un moment que nous nous disons qu'il nous faut aménager notre espace pour que ce soit plus pratique (justement par rapport aux outils), pour ne plus avoir les pieds mouillés ou plein de boue quand nous allons vider les toilettes sèches en plein hiver au composteur, pour conserver nos fruits et légumes (jusqu'à présent nous le faisons dans les caves de la ferme de madame A.)...
Les habitués de la Reptily le savent... je tergiverse pas mal, j'hésite, je ne suis pas sûr... et donc je passe un temps fou à prendre des décisions. Par contre quand je suis décidé, je fonce...

Tout le problème, pour nous, est d'
Aménager en ménageant

... en ménageant celui/ceux qui aménage-nt
... en ménageant notre espace
... et en ménageant la planète, rhoooo carrément en ménageant la planète, même pas peur... Il paraît que les petits ruisseaux font les grandes rivières

Nous avons donc opté pour des aménagements qui doivent durer dans le temps même s'ils peuvent être entièrement démontés sans entraîner de dépenses inconsidérées d'énergie. Nous avons choisi de travailler au maximum avec les ressources hyper locales. J'ai déjà raconté le coup des briques. Pour le bois de construction c'est la même chose. Il vient d'une grange de madame A. que nous avons démonté il y a dix ans. Rien n'a été jeté en partant du principe que ça servirait à quelqu'un un jour ou l'autre.

Le jour est venu. Il suffit juste de trouver les bonnes pièces sachant que lorsque j'ai tout rangé... je me souviens avoir mis les plus belles en dessous, tout en dessous. Je ne sais plus pourquoi j'ai fait cela. Il devais y avoir une logique... mais laquelle... pffff... je regrette un peu

%

Comme des épinards...

Petit fruitier - J1

Rouge & Noir...

trempette du 16 août...

J8, ça avance mais c'est pas fini...

La Lézarde brosse les briques les unes après les autres (à la perceuse), je nivelle, positionne et tamponne... ça nous plaît... mais qu'est-ce que c'est long à mettre en œuvre...

Trombes d'eau du soir...

J7, terrasse et chemins...


Sur les falaises...














Début de la campagne d'arrachage des PdT...

Tous les indicateurs semblent présager une grande récolte...
Cette année, j'ai fait toutes mes PdT sous couvert de compost sans buttage (sans arrosage ça va de soi). Les planches de cultures se trouvaient sous les pommiers à cidre. J'ai raccourci les écarts entre les rangs et entre les plants d'un tiers pour optimiser les surfaces de culture. Une fois de plus je n'ai pas respecté la règle qui dit d'utiliser du plant de petite taille car c'est bien connu... petit plant-grosse PdT alors que gros plant-petite grenaille... Il faudrait faire un vrai test comparatif avec différents types de cultures et sur plusieurs années (variées si possible) pour avoir une idée précise sur la question...
J'ai souvent des réitérations d'une année sur l'autre (je ne sais pas si on peut dire ça des PdT) car quelques plants passent au travers des récoltes... j'ai tout gardé ou presque car l'expérience m'a montré que cela permet d'avoir de belles surprises (parfois même deux ou trois ans plus tard) en récupérant des variétés que je croyais avoir perdues. Le démarrage a été assez long au printemps mais ensuite les feuillages se sont développés. Ils étaient très vigoureux et font en ce moment souvent plus d'un mètre cinquante de long. Quelques variétés sont fanées mais la plupart sont encore vertes car à ce jour le mildiou n'a pas bizarrement pas sévi dans le jardin malgré les alternance de chaud et de froid de cet humide été...

Des fèves...

Bestiaire...

Un retour les doigts dans le nez...

... mais en serrant un peu les fesses... on fait les malins parce que nous savons que nous sommes proche de la maison... mais on a eu quelques frayeurs. Nous sommes rentrés en roulant tellement lentement que même les caravanes nous doublaient. Parfois je me disais que nous allions reculer si je levais le pied de l'accélérateur. L'avantage c'est qu'on a le temps de causer, d'écouter de la musique sans être gênés par le bruit des vibrations du vieil attelage... et qu'on consomme vachement moins d'essence... ça compense les litres de liquide de refroidissement nécessaires pour rentrer à bon port. A chaque fois que je voyais une voiture sur le côté de la route avec les feux de détresse allumés je disais "encore des cons qui sont partis en vacances avec une vieille voiture qui n'attendait que ça pour rendre l'âme..." et bin ça ne faisait absolument pas rire mes deux matelots
Ah ah ah !


Départ de Lélex...

La tête dans les nuages...



















A Lelex...

Au lac des Neyzets...








Première manche...



Work in progress




Des lattes qui s'alignent...




Première journée de boulot...

Pendant que les cousins-cousines descendent en raft la Durance... avec monsieur A. et Mischka nous reprenons la structure de l'appentis avant de poser un "vrai" bardage...
Il est 8H00 du soir, nous sommes rincés (pas de tour en vélo aujourd'hui)

Sur la crête de Reychard




A puy...

A Roche-Saint Secrêt Beconne...

Des Groslez à l'aise au bord du Lez...

Rencontrer "pour de vrai" Chloé, Colin et Timanu
Prendre le temps de les voir heureux
Découvrir les terrains de jeu de Colin
Voir les travaux des castors avec Timanu
Goûter les gâteaux de Chloé
Sentir la lavande
Parler des Kerguelen, des Marquises, du Japon...

Merci pour tout...









A Lans...

Des radis pour ce soir...

des radis de juillet, doux de chez doux... sans arrosage...

Vert, c'est vert...

je sais que ça va mettre en boule certains... mais pffff sur le contrat il est indiqué que les tontes connaîtraient une petite pause estivale. Je l'attends encore la petite pause. L'herbe pousse plus vite et est grasse comme lors d'un mois de mai chaud et humide !

Ça devient très chouette !

Rhooooo, ça va être ma-gni-fi-que, sauf que nous nous rendons compte, un mètre-mesureur à la main, que le grand jeu des chaises musicales va être lancé pour réussir à la caser... Ah, ah, ah !!!

Tempette du 26 juillet...

Première trempette "automnale" de l'année avec un vent à décorner les bœufs, de la pluie, une température de l'air à 14° et une eau un peu plus chaude... En novembre nous aurions trouvé cela très sympa mais il nous semble que c'est un peu juste pour une trempette de juillet...




Nouvelle vie...

Jour de pluie... pas moyen d'aller dehors ni terrasser ni jardiner... alors nous nous replions sur l'armoire de mon grand-oncle. Récupérée en novembre elle devrait bientôt trouver une petite place dans la maison...

J6

Encore une journée qui est passée à toute vitesse... Ça avance et nous avons fait un grand pas en avant en décidant comment nous allions faire nos petits murets... Du coup, nous allons les habiller avec les chutes d'ardoises du chantier du toit d'il y a deux ans...





Terrasse... entre les gouttes...

et une cinquième journée de boulot... et nous pensons qu'il en faudra encore... pfff... pour finir...
Z'avons été contraints de nous replier trois fois à cause de la pluie... décidément ce mois de juillet n'est pas extraordinaire...

Terrasse... J4

Z'avons trouvé des brosses métalliques circulaires qui se fixent sur les perceuses électriques... ça fait gagner un temps fou ! Cependant, entre la meuleuse, les perceuses et les petits coups de maillet pour enfoncer les briques dans le sable... on ne peut pas dire que la journée fut franchement reposante ni pour les bras ni pour les oreilles... Les arbustes du coin en ont aussi ras la casquette !
Y'a encore du boulot et la pluie revient demain... grrrrrrrrrr !



Longue sera la dernière ligne droite !

après une certaine rapidité d'exécution lors des premiers jours... hier a connu les premiers freins... nous avons pas mal tergiversé pour déterminer le motif, ensuite j'ai commencé comme un brave à scier les briques à la main avant de trouver une meuleuse et surtout, surtout, surtout la dure épreuve du grattage a commencé. Et là, il va falloir être patient parce qu'il y en a pour quelques jours. Voyons le côté positif, peut-être allons nous trouver la solution pour les petits murets des bordures...



Work in progress... rdv au tas de sable...